Objet du mois

Oiseau du mois de février : Le Harfang des neiges

Le Harfang des neiges (Bubo scandiacus), tué en 1857 près de Kopstal, est la seule observation de cette espèce au Luxembourg. Ces hiboux habitent normalement dans la région arctique et nichent au sol dans la toundra. Lors d’hivers très rudes certains individus peuvent migrer dans nos régions. La romancière britannique Joanne K. Rowling a contribué à la popularité de cette espèce d’hiboux dans nos régions. Son fameux apprenti-sorcier Harry Potter a choisi un harfang des neiges comme facteur personnel.

Oiseau du mois de janvier : Un merle pas si noir

Les oiseaux aux couleurs aberrantes étaient autrefois tués pour être vendus à des musées et à des collectionneurs. La couleur blanchâtre de ce merle (Turdus merula) est soit due à l’albinisme soit au leucisme. Les mélanines, pigments responsables de la couleur de la peau, des plumes et des yeux sont complètement absentes chez les albinos. Ces individus sont caractérisés par des yeux rouges. Etant donné qu’ils voient très mal ils n’ont que de faibles chances de survivre dans la nature.

Oiseau du mois de décembre : Le Courlis à bec grêle

Le Courlis à bec grêle (Numenius tenuirostris) niche en Sibérie et passe l’hiver en région méditerranéenne. Autrefois, cette espèce a été fortement chassée de sorte qu’elle est devenue très rare. Actuellement nous ne disposons plus de preuves de nidification et d’observations dans les quartiers d’hiver. C’est pour cette raison que le Courlis à bec cendré figure sur la liste rouge de Birdlife International dans la catégorie des espèces menacées d’extinction (2017) et est une des espèces d’oiseaux les plus rares au niveau mondial.

Oiseau du mois de novembre : La Grue cendrée

Les Grues cendrées (Grus grus) sont des oiseaux migrateurs très populaires. Ils survolent le Grand-Duché en grand nombre au printemps et en automne. Lors des dernières décennies leurs sites d’hivernage se sont déplacés en partie de l’Espagne vers la France (Bourgogne, Champagne, Lorraine). C’est pour cette raison que les Grues cendrées restent plus longtemps sur leurs sites de rassemblement en Europe du Nord qu’autrefois. Ce phénomène est probablement dû au changement climatique.

Oiseau du mois d’octobre : Le Flamant rose

Le Flamant rose (Phoenicopterus roseus) fréquente les eaux saumâtres en Europe du Sud, en Asie et en Afrique. Il se nourrit principalement de petits crustacés et d’algues. L’eau ingérée par le bec, resort ensuite par les parties latérales. Les crustacés et les algues restent dans le bec et sont ensuite avalés. Ils contiennent des caroténoïdes. Ces pigments ingérés avec la nourriture sont déposés dans les plumes et confèrent la couleur typique rosâtre aux flamants.

Pierres lunaires des missions Apollo XI et XVII

Le Musée national d’histoire naturelle expose, en tant que prêt permanent de la part du Grand-Duc Jean, des échantillons de pierres lunaires ramenés par les missions Apollo XI et XVII. Ces échantillons ont été remis en 1970 et 1973 au  Grand-Duc Jean par les équipages des missions Apollo au nom de Richard Nixon, président des USA.

Lièvre d’Europe

Le lièvre d’Europe (Lepus europaeus) est un mammifère de la famille des léporidés. L’espèce habite des paysages ouverts et semi-ouverts. La zone naturelle de répartition couvre de larges parties du sud-ouest de la Paléarctique ; en raison de nombreuses introductions par l’homme, cependant, le lièvre d’Europe vit aujourd’hui sur presque tous les continents. En raison de la forte intensification de l’agriculture, le nombre de lièvres diminue dans de nombreuses régions d’Europe.

(Avril 2019)

Avril 2018 : Crocodile nain ou Crocodile à front large

Le Crocodile nain ou Crocodile à front large (Osteolaemus tetraspis) est un représentant de la famille des Crocodilidés. Vivant en Afrique de l’Ouest, il peut atteindre 190 cm de long et est l’une des rares espèces de petits crocodiles.

Sa carapace solide, qui se compose de lourdes plaques dorsales et cervicales, est remarquable. Les paupières de cette espèce sont également ossifiées tout comme les plaques abdominales et latérales.

Pages